Contenu abonnés

Willem Bastiaan Tholen (1860-1931). Un impressionniste néerlandais

1 1 commentaire

Paris, Fondation Custodia, du 21 septembre au 15 décembre 2019.
Dordrecht, Dordrechts Museum, du 9 février au 31 mai 2020.

Nous voudrions citer chaque tableau, dessin et eau-forte de la centaine d’œuvres de Willem Bastiaan Tholen exposées à la Fondation Custodia, tant chacun – ou presque - illustre l’originalité de cet artiste que l’on pourrait hâtivement considéré comme un retardataire. Certes, aucune des avant-gardes picturales qui animèrent la cinquantaine d’années de sa carrière - symbolisme, expressionnisme, néo-impressionnisme, cubisme, néoplasticisme... – n’emporta son adhésion, pourtant il se garda de tout conformisme. À la lisière de la tradition et de la modernité, Tholen est un artiste qui se soustrait aux catégories. Né en 1860, il est le contemporain de Van Gogh, fréquenta la très établie École de la Haye comme les plus jeunes impressionnistes néerlandais George Hendrik Breitner ou Willem Witsen, visita Barbizon en 1887 sans toutefois jamais s’affilier à aucune école, fidèle à la leçon inaugurale de son maître Paul Joseph Constantin Gabriël « Formez une école si vous le voulez, mais elle doit venir de vous, et veillez à n’appartenir à aucune ».


1. Willem Bastiaan Tholen (1860-1931)
Paysage fluvial, 1882
Huile sur toile - 97 x 149,5 cm
Gouda, Museum Gouda
Photo : Museum Gouda/Tom Haartsen
Voir l´image dans sa page
2. Willem Bastiaan Tholen (1860-1931)
Les Soeurs Arntzenius, 1895
Huile sur toile – 38,3 × 58,8 cm
Gouda, Museum Gouda
Photo : Museum Gouda/Tom Haartsen
Voir l´image dans sa page

S’il ne bénéficie pas de la notoriété de certains de ses contemporains, Willem Bastiaan Tholen jouit de son vivant d’une rapide renommée commerciale et critique. Salué de plusieurs prix académiques, objet de nombreuses expositions monographiques dès 1894 (New-York, Amsterdam, La Haye, Edimbourg, etc.), séduisant les amateurs néerlandais mais aussi britanniques, américains et canadiens grâce à son réseau international de marchands, il n’eut jamais à contraindre son inspiration et put avec constance et sincérité honorer l’exhortation de son maître « Renforcez-vous avant tout et continuellement dans ce que vous aimez le plus [...] ». Les présentations sérielles de la Fondation Custodia sont alors fort judicieuses. Des marines aux intimes scènes d’intérieurs, des paysages boisés aux leitmotiv de la fenêtre ouverte, des nuages ou des toits, se dresse un inventaire des beautés ordinaires. Tholen eut le don de révéler la grâce de lieux, d’évènements, de détails dont nous oublions bien souvent de nous émerveiller. Reste à franchir l’apparente monotonie de cette pléthore de vues naturalistes accentuée par l’ascétisme de leur présentation thématique - cimaises blanches, cartels succincts et unique texte introductif -, Willem Bastiaan Tholen se mérite.


3. Willem Bastiaan Tholen (1860-1931)
Potager à Ewijkshoeve, 1895
Huile sur toile marouflée sur panneau -
32 × 40,2 cm
Dordrecht, Collection particulière
Photo : Dordrecht, Collection particulière
Voir l´image dans sa page
4. Willem Bastiaan Tholen…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.