Contenu abonnés

Dante et Virgile aux enfers de Delacroix

Paris, Musée du Louvre, salle de la Chapelle, Musée des Beaux-Arts. Exposition terminée le 5 juillet 2004

1. Eugène Delacroix (1798-1863)
Dante et Virgile aux Enfers, Salon de 1822
Paris, Musée du Louvre
Photo : Musée du Louvre
Voir l´image dans sa page

Si vous avez de belles minutes devant vous et quelle que soit votre position géographique, prenez sans tarder la destination de la salle de la Chapelle située au premier étage du Musée du Louvre...
La Barque de Dante (ill. 1), « objet et tableau » de cette érudite et limpide exposition-dossier y est amarrée jusqu’au 5 juillet. Avec elle, flottent, dans cet espace séparé pour l’occasion en son centre par des « vagues-murets », des œuvres préparatoires au premier tableau de Salon d’Eugène Delacroix ainsi qu’un choix limité mais judicieux de dessins, tableaux ou sculptures d’autres artistes, souvent contemporains ou légèrement plus tardifs, mais toujours en rapport avec notre sujet.
On ne saurait une nouvelle fois passer sous silence les relations particulières qui unirent Delacroix à Géricault. Non seulement elles furent « matérielles » lorsque Théodore céda à son jeune ami Eugène sa commande pour la Vierge du Sacré Cœur en 1819, mais également thématiques. En effet, comment ne pas faire - aujourd’hui plus que jamais - le lien entre la conception du Radeau (pour lequel Delacroix participa au moins comme modèle) et celle de la Barque de Dante réalisée seulement trois ans plus tard. Ces « marques » d’admiration sont bien visibles grâce, entre autre, à l’accrochage d’une des superbes esquisses du Radeau ainsi que du Dos de noir (ill. 2) de Géricault.

2. Théodore Géricault (1791-1824)
Dos de noir, étude d’après le modèle Joseph
Montauban, Musée Ingres (dépôt du Louvre)
Photo : Musée Ingres
Voir l´image dans sa page

Cette barque, œuvre phare du tout jeune romantique, est là, exposée au coin de la pièce, à la diagonale exacte d’une autre barque plus tardive, celle de Don Juan. Face à face et penchées vers les spectateurs, elles semblent se répondre à la perfection. Toute l’exposition…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.