Contenu abonnés

Un paysage de Sérusier acquis par Richmond

24/9/20 - Acquisition - Richmond, Virginia Museum of Fine Arts (VMFA) - Acquis en collection privée, un très beau paysage breton de Paul Sérusier rejoint les collections européennes du Virginia Museum of Fine Arts [1]. La Chaumière aux trois mares (ill. 1) fut peinte au Pouldu, où l’artiste séjourna en 1889 et 1890 en compagnie de Paul Gauguin rencontré à Pont-Aven en 1888. Leur rencontre déterminante est bien connue. De la leçon inaugurale au Bois d’amour naquit l’emblématique Talisman, peinture synthétique émancipée de toutes entraves illusionnistes, manifeste nabi et jalon essentiel de l’art non figuratif. Du Finistère et du synthétisme, Sérusier ne se défit dès lors jamais. Des séjours initiaux au Pouldu, une vingtaine de paysages sont connus. Plusieurs sont conservés aux États-Unis, à la National Gallery of Art de Washington, à l’Art Institute de Chicago, au Museum of Fine Arts de Houston ou à l’Indianapolis Museum. Signalons pour les collections publiques françaises, le Musée d’Orsay mais aussi le Musée des beaux-arts de Brest (qui consacrait en 2014 une exposition aux peintres de Pont-Aven et aux Nabis de ses collections), et rappelons que le Musée Van Gogh d’Amsterdam achetait en 2016 Une ferme en Bretagne datée vers 1890 (voir la brève du 8/11/2016).


1. Paul Sérusier (1864-1927)
La Chaumière aux Trois mares, vers 1889-1890
Huile sur toile - 73 x 92,2 cm
Richmond, Virginia Museum of Fine Arts
Photo : Virginia Museum of Fine Arts
Voir l´image dans sa page

La Chaumière aux trois mares représente la chaumière dite « d’Héléna », un motif pittoresque bien connu des peintres qui s’aventurèrent au Pouldu, tels Wladyslaw Ślewiński (Musée national de Wroclaw), Adolphe Beaufrère (Clohars-Carnoët, Maison-musée du Pouldu), ou le plus méconnu Adolphe Otto Seligmann (Musée de Pont-Aven) auquel la Maison-Musée du Pouldu consacrait une exposition dossier en 2019. Aujourd’hui détruite, la petite maison était isolée parmi les dunes surplombant la…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.