Un portrait de la duchesse de Portland par Mattheus Verheyden

Bénédicte Bonnet Saint-Georges
Mattheus Verheyden (1700-1776)
Margaret Cavendish Bentinck duchesse de Portland
Sanguine, encore et lavis - 45,9 x 32,8 cm
Londres, Foundling Museum
Photo : Foundling Museum
Voir l´image dans sa page

7/9/19 - Acquisition - Londres, Foundling Museum - Thomas Coram se démena pour créer un lieu destiné à recueillir les enfants abandonnés. Il réussit à contourner les obstacles en s’adressant aux femmes de l’aristocratie anglaise, leur demandant de signer une pétition qui fut présentée au roi George II en 1735. Et le Foundling Hospital fut finalement fondé à Londres en 1739. Thomas Coram mit plusieurs années à recueillir ces signatures, et Margaret Bentinck, duchesse de Portland fut la dernière à apposer la sienne.
Le Foundling Hospital, devenu un musée, a rendu hommage à ces 21 « ladies of quality and distinction » en leur consacrant une exposition en 2018, et a pu, à cette occasion, acquérir le portrait de l’une d’elles, la duchesse de Manchester, peint par Andrea Soldi (voir la brève 30/1/19). Aujourd’hui, c’est le portrait de la duchesse de Portland dessiné par Mattheus Verheyden qui a été acheté auprès d’un propriétaire privé grâce au soutien du Art Fund.

Membre des Blue stockings (« Bas bleus »), société de femmes de lettres constituée autour d’Elizabeth Montagu, Margaret Cavendish Bentinck fut aussi une collectionneuse qui se passionna pour les arts décoratifs - porcelaine japonaise, tabatières françaises, camées italiens, statuaire romaine ... - et pour l’histoire naturelle - minéraux, fossiles, insectes, coraux, coquillages. Elle rencontra Jean-Jacques Rousseau qui salua ses connaissances en botanique, et la vente aux enchères de son cabinet de curiosités en 1786 passionna les foules.

On sait peu de choses sur Mattheus Verheyden. On lui attribue des paysages et des décors, mais il se spécialisa dans le portrait, trouvant sa clientèle dans la haute société hollandaise, à Breda, sa ville natale, à Amsterdam, et surtout à La Haye où il devint membre de la confrérie Pictura en 1762. Il se forma auprès de plusieurs artistes, Hendrik Carré II, Constantijn Netscher, Carel de Moor, et Augustinus Terwesten II.
Le Rijksmuseum possède dans sa bibliothèque un manuscrit qui lui est attribué, livre d’art et de technique dans lequel il donne des instructions aux jeunes artistes et des recettes de préparation.
Il semble avoir eu le projet de partir pour l’Angleterre en 1722, mais se serait arrêté en cours de route, travaillant notamment à Amsterdam. Il a pourtant réalisé ce portrait d’une riche anglaise. Il reste donc à déterminer si l’artiste est finalement allé en Angleterre ou si c’est le modèle qui a séjourné aux Pays-Bas. On ne connaît en effet pas le contexte de création de cette œuvre et on ne sait pas non plus si elle est préparatoire à une peinture.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.