Contenu abonnés

Un masque en cire par Ringel d’Illzach acquis par Orsay

16/4/20 - Acquisitions - Paris, Musée d’Orsay et Musée des Arts décoratifs - Poursuivons notre inventaire des récentes acquisitions du musée d’Orsay dont nous n’avons pas encore parlé. L’été dernier, un masque en cire de Jean-Désiré Ringel d’Illzach (ill. 1) acquis auprès de la galerie parisienne Trebosc + Van Lelyveld a rejoint la vingtaine de grès, terre-cuite et bronzes de l’artiste déjà conservés dans les collections. L’acquisition est remarquable, Orsay ne conservait jusqu’à présent aucune cire de ce sculpteur protéiforme qui s’adonna avec une même aisance et défiance technique à la cire, à la céramique, au verre, au marbre ou au bronze.


1. Jean Désiré Ringel, dit Ringel d’Illzach (1847-1907)
Masque d’homme, 1895
Cire polychrome - 26 x 20 cm
Paris, musée d’Orsay
Photo : Paris, musée d’Orsay
Voir l´image dans sa page

Rappelons-nous que la remarquable exposition qu’Orsay consacrait en 2018 à la sculpture polychrome en France dans la deuxième moitié du XIXe siècle (voir l’article), dont Ringel d’Illzach était l’une des belles redécouvertes, illustrait la technique de la cire peinte par le Jeune prince de la famille Médicis de l’artiste conservé par le Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg (qui, très logiquement, conserve un important fonds de ce sculpteur d’origine alsacienne). De son fonds propre, le musée présentait le buste d’Isabeau de Bavière et le relief du Prix du Tournoi, précieuses sculptures d’Henri Cros qui fit de la cire le medium privilégié - et remarqué - de la première partie de sa carrière. L’Isabeau de Bavière a depuis retrouvé sa place au sein du parcours permanent aux côtés, notamment, d’une terre cuite de Ringel d’Illzach, la sinistre Tête de saint Jean-Baptiste redressée sur un plat.

L’effigie en cire teintée nouvellement acquise appartient à une série de neuf « portraits décoratifs en cire dure de couleur » présentée au Salon de la Société nationale des beaux-arts de 1895. L’artiste l’offrit par la suite…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.