Un crabe anthropomorphe pour Plymouth

1 1 commentaire

13/2/19 - Acquisition - Plymouth, City Museum and Art Gallery - La fin du XIXe siècle constitue un âge d’or de la céramique en grès, en France avec notamment Jean Carriès, mais aussi dans beaucoup d’autres pays. En Angleterre, l’un des ateliers les plus notables dans ce domaine fut celui des frères Martin qui fut actif de 1873 à 1914.
Robert Wallace, Walter, Charles et Edward Martin sont les auteurs d’un grand nombre d’œuvres dans cette matière, dont des pots, des vases ou des sculptures, beaucoup représentant des oiseaux imaginaires et des créatures marines fantastiques. Chacun des frères avait une spécialité, Robert Wallace étant à l’origine sculpteur tandis que Walter et Edward s’occupaient de la mise en couleur et de l’émaillage des pièces, Charles dirigeant l’entreprise.


1. Robert Wallace Martin (1843-1923)
Crabe anthropomorphe, 1880
Grès - 21 x 49 x 42 cm
Plymouth, City Museum and Art Gallery
Photo : City Museum and Art Gallery
Voir l´image dans sa page

En 2019, l’administration britannique en charge des exportations d’œuvres d’art avait placé une interdiction temporaire de sortie du territoire sur un Crabe anthropomorphe de l’atelier des Martin Brothers, ce qui a permis grâce à la participation notamment du National Heritage Memorial Fund, de l’Art Fund et d’autres institutions d’acquérir cette œuvre pour le musée de Plymouth, dans le Devon, au sud-ouest de l’Angleterre, pour un montant de 260 700 livres.
Cette image monstrueuse d’un crabe doté d’un visage presque humain (un humain peu gâté par la nature) est représentative à la fois de l’œuvre des frères Martin - cet objet est attribué au seul Robert Wallace - qui aiment créer des chimères mi-hommes, mi-animales, et du courant symboliste de la fin du XIXe siècle riche en créatures fantastiques.

Le City Museum and Art Gallery de Plymouth est fermé depuis septembre 2016 pour d’importants travaux d’aménagement et d’agrandissement. Il rouvrira le 16 mai prochain dans un nouveau complexe qui comprendra le bâtiment d’origine, construit au début du XXe siècle, l’ancienne bibliothèque centrale, l’église Saint-Luc (St Luke’s Church) et un bâtiment qui vient d’être construit par le cabinet d’architecte et d’ingénierie Atkins et qui est désormais collé au dos de l’ancien musée. Ce nouvel édifice a la forme d’une boite et donc le musée s’appellera désormais… « The Box ». Nous ne pouvons présumer du résultat (nous espérons avoir l’occasion de nous y rendre), mais il est tout de même étonnant de nos jours de voir de plus en plus de musées choisir de s’appeler autrement, en refusant d’employer ce terme. Nous n’étions pas au courant de ce projet et nous avons mis un peu de temps à comprendre quelle était cette mystérieuse « boite » qui achetait une œuvre en grès.


2. Le nouveau bâtiment du City Museum and Art Gallery de Plymouth (The Box)
©
Voir l´image dans sa page

Notons que le City Museum and Art Gallery de Plymouth (que nous continuerons à appeler ainsi, car cela nous semble plus parlant) possède déjà plus d’une centaine d’œuvres des Martin Brothers (dont un certain nombre d’exemples sont mis en ligne ici), et qu’il est, outre un musée de Beaux-Arts, un muséum, ce qui rend encore plus cohérent l’acquisition d’une sculpture en grès d’un crabe, fût-il anthropomorphe.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.