Contenu abonnés

Orsay achète le masque de Victor Hugo de René Béclu

30/7/20 - Acquisition - Paris, Musée d’Orsay - C’est une puissante effigie aussitôt reconnaissable : ces sourcils froncés, ce regard pénétrant et cette barbe de patriarche appartiennent à Victor Hugo. Le Musée d’Orsay vient d’annoncer l’achat [1] de ce « masque » - le terme résonne curieusement ces jours-ci où tout le monde doit en porter un pour aller au musée - probablement modelé au tout début du XXe siècle, une quinzaine d’années après la mort de l’écrivain en 1885. Cette œuvre (ill. 1 et 2) du sculpteur méconnu René Béclu, dont la signature est visible dans la barbe à droite, fut réalisée en collaboration avec les établissements Émile Muller et Cie qui éditaient depuis les années 1880 un grand nombre de sculptures contemporaines en grès émaillé.


1. René Béclu (1881-1915) et Émile Muller et Cie, céramiste
Masque de Victor Hugo
Grès émaillé - 37 x 26,5 x 18 cm
Paris, Musée d’Orsay
Photo : Stuart Lochhead
Voir l´image dans sa page
2. René Béclu (1881-1915) et Émile Muller et Cie, céramiste
Masque de Victor Hugo
Grès émaillé - 37 x 26,5 x 18 cm
Paris, Musée d’Orsay
Photo : Stuart Lochhead
Voir l´image dans sa page

On songe ici, irrésistiblement, au très célèbre Jean Carriès qui avait su à la même époque exploiter superbement les possibilités colorées de l’émail. Si le traitement du visage du poète demeure somme toute assez classique, la figure dégage une incontestable monumentalité malgré ses trente-sept centimètres de hauteur. Comme le signale la notice de l’œuvre sur le site du Musée d’Orsay, le traitement de l’émail s’éloigne clairement de toute forme de réalisme. René Béclu a su donner à sa représentation de Victor Hugo un aspect étrange, voire inquiétant. Il réussit à accentuer l’aspect dramatique de sa figure en veinant d’un étonnant bleu turquoise le masque laissé beige, soulignant chaque ride de l’austère visage du poète.

Auparavant plutôt spécialisés dans la céramique architecturale, les établissements Émile…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.