Contenu abonnés

Le Louvre préempte l’intégralité des dessins napoléoniens chez Ivoire Toulouse

26/9/19 - Acquisitions - Paris, Musée du Louvre - Le département des Arts Graphiques du Louvre n’a pas fait de détail lors de la vente des dessins napoléoniens à Toulouse chez Ivoire Toulouse/Primardeco dont nous avions déjà parlé ici (voir la brève du 12/9/19). Il a préempté tous les lots, un par un, méthodiquement, dont évidemment l’album. Le total des adjudications est de 208 400 €. L’album a été vendu 14 375 € et le dessin peut-être le plus remarquable en raison notamment de son iconographie, Enlèvement des sculptures du musée de Cassel, avec au centre Dominque-Vivant Denon, 11 875 €. Le montant global des adjudications est de 208 400 € (tous ces prix sont frais compris). Il s’agit d’une somme très raisonnable pour un ensemble important en qualité et d’un point de vue historique. Ces préemptions ont déçu au moins un musée : celui de Cassel qui espérait obtenir au moins un dessin qui le concernait.


1. Benjamin Zix (1772-1811)
Les soins donnés aux blessés dans le grand réfectoire du chateau de Malbork
Plume et encre noire, lavis brun sur esquisse au crayon noir - 38 x 51,5 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : Ivoire Toulouse/PRIMARDECO
Voir l´image dans sa page

Nous distinguerons quelques-unes des feuilles les plus notables de celles qui viennent d’être acquises par le Louvre. C’est ainsi par exemple que Les soins donnés aux blessés dans le grand réfectoire du château de Malbork (Marienbourg) (ill. 1) évoque très clairement Les Pestiférés de Jaffa de Jean-Antoine Gros qui date de 1804, quelques années avant la réalisation de ces dessins. Si, comme nous l’écrivions, les artistes tels que Gros ont pu s’inspirer des scènes de bataille réalisées par Zix pour peindre les toiles représentant ces mêmes sujets, il est clair que l’inverse fut également vrai et que Zix puisa aussi chez ses confrères.


2. Nicolas-Antoine Taunay (1755-1830)
Eylau sous la neige, le 8 février 1807
Lavis brun et gris, rehauts de gouache blanche sur esquisse au…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.