Le Barber Institute achète un marbre de Joseph Gott

14/5/19 -  Acquisition - Birmingham, Barber Institute of Fine Arts - Il était spécialisé dans la représentation des enfants, et des chiens, et des enfants avec des chiens... sculptant aussi bien des scènes de genre que des sujets d’histoire. Joseph Gott se forma auprès de John Flaxman entre 1798 et 1802, puis entra à la Royal Academy en 1805. C’est grâce au soutien notamment financier de Thomas Lawrence qu’il se rendit à Rome, où il côtoya Canova. il s’y installa en 1822 et y vécut jusqu’à sa mort. Il réalisa quelques sculptures monumentales comme le monument funéraire du colonel Edward Cheney, mais surtout des groupes de petites dimensions qui firent sa réputation et lui attirèrent la clientèle des voyageurs du Grand Tour.


Joseph Gott (1786-1860)
Lévrier avec ses chiots, vers 1825-1827
Marbre - 43 × 55 cm
Birmingham, Barber Institute of Fine Arts -
Photo : Tomasso Brothers
Voir l´image dans sa page

Le Barber Institute of Fine Arts de Birmingham a récemment acheté auprès de la galerie londonienne Tomasso Brothers un Lévrier et ses chiots sculpté dans le marbre vers 1825. Ce groupe a été acheté 55 000 livres grâce à la participation de différentes institutions [1].
Gott traita le sujet à plusieurs reprises. Peut-être est-ce la sculpture réalisée à la demande du duc de Devonshire qui entraîna les autres commandes. Achevée en 1825, celle-ci est aujourd’hui conservée à Chatsworth House. Elle montre la chienne allongée sur un drap, la tête tournée en arrière, elle semble aux aguets pendant que ses petits s’approchent pour téter. Une terre cuite passée en vente chez Christie’s met en scène les deux chiots sur un tapis d’herbe dans des positions légèrement différentes ; l’un lève le museau vers sa mère, l’autre plonge vers ses mamelles. Le marbre du Barber propose encore une autre version, plus dynamique puisqu’il saisit le lévrier sur le point de se lever ou de s’allonger. L’artiste dans tous les cas traduit une certaine tendresse entre la chienne et ses petits.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.