Contenu abonnés

La Fondation Mansart et la Wallace Collection au chevet de Bagatelle

2 2 commentaires

Beaucoup s’inquiétaient, depuis longtemps, de l’état du château de Bagatelle, propriété de la Mairie de Paris, qui se dégradait toujours davantage en raison de l’abandon de la municipalité depuis une vingtaine d’années (ill. 1 à 3)… Yves Contassot a d’ailleurs regretté lors de la délibération du Conseil de Paris du 11 juillet dernier à ce propos la manière dont la Ville n’entretient pas son patrimoine. Cette inquiétude s’est accrue récemment lorsque le Canard Enchaîné révéla que la Ville de Paris songeait à mettre en place une concession de vingt ans incluant le château qui permettait au concessionnaire d’utiliser celui-ci comme lieu de location événementielle, et de le vider de son mobilier.


1. Le château de Bagatelle (mai 2019)
Photo : Alexandre Lafore
Voir l´image dans sa page
2. Le château de Bagatelle (mai 2019)
avec les filets sur la corniche qui
empêchent les pierres de tomber
Photo : Alexandre Lafore
Voir l´image dans sa page

3. Le château de Bagatelle (mai 2019)
détail avec les filets
Photo : Alexandre Lafore
Voir l´image dans sa page

S’il est exact que le cahier des charges de la Mairie de Paris pouvait prêter le flanc à la critique, Albéric de Montgolfier, sénateur et président de la Fondation Mansart-Parcs et demeures de France qui prendra en charge le château, nous a assuré qu’il n’y avait jamais eu d’ambiguïté à ce sujet entre sa fondation et le concessionnaire (Paris Society). L’émotion suscitée par cet article a permis, fort heureusement, de le réécrire d’une manière plus respectueuse. Non seulement Bagatelle ne sera pas démeublé, mais il sera restauré et remeublé. Au concessionnaire qui tiendra le restaurant dans le pavillon d’entrée et qui pourra organiser également des locations événementielles dans le Trianon, bâtiment datant de 1876, lui aussi en état médiocre (ill. 4 et 5), se joindront deux fondations : la Fondation Mansart donc, reconnue d’utilité publique, qui a vocation à…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.