Acquisitions récentes du Musée Eugène Boudin

7/2/20 - Acquisitions - Honfleur, Musée Eugène Boudin - Nous avons déjà parlé ici de l’acquisition récente par le Musée Eugène Boudin d’Honfleur du tableau d’Adolphe-Félix Cals, Le Vieux Pêcheur (voir la brève du 19/2/19). D’autres œuvres sont venues enrichir ce musée ces dernières années, et nous parlerons dans cet article de celles qui y sont entrées depuis 2017 et qui sont dans le champ de La Tribune de l’Art, toutes en lien avec Honfleur et sa région [1].


1. Camille Corot (1796-1875)
Souvenir de Honfleur, 1873-1875
Huile sur toile - 32 x 24 cm
Honfleur, Musée Eugène Boudin
Photo : Musée Eugène Boudin
Voir l´image dans sa page

En 2017, trois tableaux sont entrés dans les collections. Le premier est une huile sur toile de Camille Corot achetée par la ville de Honfleur avec l’aide du FRAM Normandie et de la Société des amis du musée auprès de la galerie Verrier. Il s’agit d’un événement pour ce musée car bien que le peintre ait été un visiteur assidu de la ville, et un ami d’Eugène Boudin qu’il appelait « le roi des ciels », aucun de ses tableaux n’y était jusqu’à présent conservé. L’œuvre, intitulée Souvenir d’Honfleur (ill. 1) -, se trouvait dans l’atelier de l’artiste à sa mort et avait fait partie de sa vente après décès. De petite taille, elle est traitée de manière très esquissée mais typique de sa manière.


2. Attribué à Louis-Alexandre Dubourg (1821-1891)
Portrait d’Eugénie Hue-Ledieu, vers 1880-1885
Huile sur toile - 27 x 22 cm
Honfleur, Musée Eugène Boudin
Photo : Musée Eugène Boudin
Voir l´image dans sa page

Un tableau attribué à Louis-Alexandre Dubourg, natif de Honfleur et qui y fit toute sa carrière, a été offert par la Société des amis du musée. Il a été acheté directement par celle-ci auprès d’un descendants du modèle. Le peintre est bien représenté dans les collections d’un musée qu’il avait contribué à créer en 1868 (il se trouvait alors dans les locaux de l’hôtel de ville) et dont il fut le premier conservateur. L’identité de la jeune femme portraiturée, connue grâce à la provenance familiale, permet d’identifier selon toute probabilité le modèle d’un autre tableau de Lebourg Jeune femme au repos (ill. 2), donné par la femme de l’artiste en 1893.


3. Albert Lebourg (1849-1928)
Soleil couchant sur Honfleur
Huile sur toile - 45 x 65 cm
Honfleur, Musée Eugène Boudin
Voir l´image dans sa page

Le troisième tableau acquis en 2017 est un don d’un particulier anonyme qui l’avait acheté à la galerie Arthur Boudin de Honfleur en 2013. Il s’agit d’une très belle toile d’Albert Lebourg représentant un coucher de soleil sur Honfleur (ill. 3). On y retrouve la manière typique de Lebourg, peintre de l’école de Rouen très proche des impressionnistes avec lesquels il exposa en 1879 et 1880.


4. Louis-Alexandre Dubourg (1821-1891)
Honfleur. Les buveurs à Saint-Siméon, vers 1865
Huile sur carton - 16 x 24 cm
Honfleur, Musée Eugène Boudin
Voir l´image dans sa page

En 2018, outre le tableau de Cals déjà cité, le musée a pu acheter auprès d’un particulier un autre tableau de Louis-Alexandre Dubourg (ill. 4) montrant des buveurs attablés à la Ferme Saint-Siméon, célèbre établissement où logeaient les peintres lors de leur séjour à Honfleur (dont Corot).


5. Eugène Boudin (1824-1898)
Saint-Vaast-la-Hougue, 1892
Huile sur toile - 50 x 74 cm
Honfleur, Musée Eugène Boudin
Voir l´image dans sa page

En 1899, Eugène Boudin avait légué de nombreuses œuvres à Honfleur, donnant ainsi son nom au musée de la ville. Un particulier autrichien a légué à la ville de Honfleur une vue de Saint-Vaast-la-Hougue (ill. 5), où l’on voit la tour Vauban et, plus à droite, l’île de Tatihou qui complète les fortifications construites à la fin du XVIIe siècle. Boudin séjourna fréquemment dans ce port du Cotentin, en 1879 et 1888, puis plus régulièrement à partir des années 1890.


6. Henri Guérard (1846-1897)
Honfleur
Huile sur toile - 30 x 48 cm
Honfleur, Musée Eugène Boudin
Voir l´image dans sa page

Enfin, en 2019, la Société des amis a acquis aux enchères pour le musée lors d’une vente Ader-Nordmann à Drouot le 10 avril 2019 un tableau de Henri Guérard représentant la ville de Honfleur (ill. 6). Graveur talentueux dont nous avions pu admirer plusieurs estampes en 2010 à Caen lors du premier festival Normandie Impressionniste (voir l’article), Guérard est aussi un excellent peintre. Il fait partie des ces artistes impressionnistes peu connus, mais pourtant très séduisants, et dont les œuvres se vendent à des prix ridicules si on les compare à celles de leurs plus célèbres confrères. Pourtant, né en 1846, Guérard n’est que de six ans plus jeune que Claude Monet et l’on ne peut donc pas l’accuser d’être vraiment retardataire. Cette huile sur toile, d’une qualité remarquable, a été payée seulement… 896 €. On ne peut que féliciter un musée et une société d’amis qui savent faire des achats aussi pertinents pour des coûts aussi modestes.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.